TÉLÉCHARGER HEIDI HEIDO HEIDA

TÉLÉCHARGER HEIDI HEIDO HEIDA

TÉLÉCHARGER HEIDI HEIDO HEIDA

Précoce et doué, il entre au Conservatoire de Paris où il étudie la musique de chambre avec Jean Hubeau, la composition avec Tony Aubin, l'orchestration avec Marius Constant et le piano avec Lucette Descaves. En , il diversifie son cursus à New York avec Luciano Berio dont il devient bientôt l'assistant. Sa triple carrière de pianiste, pédagogue et compositeur l'a mené à séjourner et se produire à travers l'Europe, ainsi qu'aux Etats-Unis et au Japon.

Nom: heidi heido heida
Format:Fichier D’archive
Version:Dernière
Licence:Libre!
Système d’exploitation: iOS. Windows XP/7/10. MacOS. Android.
Taille:47.51 Megabytes

Menu de navigation

Il faut dire que Greif eut un parcours atypique, tortueux, fait de démarrages, de virages, d'hésitations, de doutes, de réussites et d'échecs dont la portée humaine furent la base même de son langage musical.

Mais de à , sous cette influence, il n'aura pratiquement rien composé. Greif alors Haridas Greif partagea cette époque de sa vie entre ses concerts, l'enseignement à l'Académie des Arcs, et le prosélytisme religieux de Sri Chinmoy dont il devient une sorte de tête de pont en France. Il convient donc de distinguer deux périodes dans sa vie créatrice, l'avant-Haridas, l'après-Haridas.

Entre il n'a que quinze ans et , ce sont quelque vingt années d'intense activité créatrice au cours desquelles il écrit cent soixante dix pièces, dont son grand cycle de mélodies Les Chants de l'Âme débutés en , achevés en après l'hiatus de sept années creuses évoqué plus haut , l'un des plus magnifiques recueils de mélodie de notre temps - à ne manquer sous aucun prétexte.

Il compose déjà dix-huit de ses vingt-cinq Sonates pour piano avant la dix-neuvième devra attendre , de nombreux ouvrages de musique de chambre - surtout pour violoncelle -, quelques oeuvres pour choeur et orchestre dont beaucoup ne sont toutefois pas achevées ou orchestrées.

Il est à noter que parmi ces numéros d'opus, seule une poignée a été jusqu'ici enregistrée, mais les défenseurs de la musique d'Olivier Greif oeuvrent pour mener à bien le plus grand nombre d'enregistrements possible, ou du moins d'exécutions publiques.

Là où le déchirant Wiener Konzert de comportait encore quelques accents grinçants à la George Grosz si l'on veut bien accepter un parallèle dans la peinture et l'illustration , là où la sonate pour violon et piano Meeting of the Waters de allie jazz et Chostakovitch, dans un langage très mouvant et irrésistible, les oeuvres de l'ultime période semblent se mouvoir dans un monde désespéré, insondablement profond, où l'urgence d'écrire transparaît à chaque instant.

Eventuellement peut-on également y déceler un ton incantatoire, extatique, bien au-delà du dramatique et du tragique.

C'est à cette période qu'appartiennent le magique concerto pour violoncelle Durch Adam's Fall de et le Requiem de la même année. Le langage musical de Greif? S'il faut vraiment le caractériser au risque de le cataloguer, ce que chacune de ses partitions rend impossible , on peut dire qu'à partir de ses idées qui sont systématiquement originales et personnelles, il accueille volontiers la semence religieuse du chant grégorien, des chorals luthériens dans sa Sonate de guerre, il transforme le chant Heidi, Heido, Heida - que l'on croit à tort être un hymne nazi alors que c'est une bête chanson à boire - en un émouvant choral schumannien, en basse de choral, en sujet de fugato, en sinistre délire pianistique, au cours d'une métamorphose parfaitement diabolique , du jazz, des mélodies populaires, de Mahler et de Berg dans son Wiener Konzert par exemple , de Britten, de Chostakovitch et bien évidemment Schnittke à qui il rend hommage dans son surpuissant Trio de , sans jamais le moindre soupçon d'académisme, même quand il joue fallacieusement la carte de la tonalité carrée et classique.

Une poubelle comme on dit dans le parler argotique, bagnole dangereuse, même avec le certificat de conformité. Je parle du grand âge, nonagénaires, je ne devrais pas parler d'âge, de limite, car la vieillesse quelquefois, hélas, n'a pas d'âge.

Ses yeux. Des yeux parfois en rage, des yeux étonnés, des yeux embarrassés, des yeux tourmentés, des yeux paumés, des yeux naufragés. Je voudrais que des films soient tournés dans les EHPAD et les unités Alzheimer et montrés à tous les français à heure de grande écoute. Mais certaines sociétés ont plus de couilles et de bon sens que la nôtre.